Bien des hypothèses ont été émises sur l'origine de cet instrument et ne sont toujours pas vérifiées. Cette origine reste toujours un sujet d'étude mais ce qui est certain c'est que cette cornemuse du centre est intimement l iée aux phénomènes de la colonie auvergnate à Paris. Autrefois le sac, ou poche (cette outre en peau de chèvre qui lui aurait donné son nom) se gonflait à la bouche comme la plupart des cornemuses. L'adjonction du soufflet est récente. Elle remonte au milieu du 19ème siècle et correspond aux premiers flots importants d'émigrés vers la capitale. Il est vraisemblable que les fabricants de musette de cours, en perte de vitesse, aient trouvé avec les gens du Massif Central une nouvelle clientèle, leur procurant l'avantage de moins se fatiguer et d'obtenir un son perçant plus ou moins aigrelet. Bien des parisiens appelaient alors cet instrument "la musette". Au début de ce siècle, le mariage de l'accordéon et de la cabrette donna naissance au "bal musette". Ce dont nous sommes sûrs c'est que la "colonie auvergnate" a été l'artisan du maintien de l'instrument qui fut bien prêt à disparaître. Pour en savoir plus : cabrette.com