Un médaillé d'Or au Concours National de Cabrette de Paris 2013 !...
Depuis 1961, tous les trois ans, le Concours National de Cabrette de Paris fait naître des désirs et renaître des souvenirs chez tous les Cabrettaïres, jeunes et anciens. Georges Soule, président de l'association Cabrettes et Cabrettaïres, organise le premier concours National de Cabrette en 1961. Année après année, le niveau des candidats ne cesse de s'élever aussi bien dans la qualité de l'interprétation que dans le choix des morceaux. Il décide alors, en 1967, de créer la récompense "Médaille d'Or".

Quarante cinq ans plus tard, en 1997, Victor Laroussinie propose la création d'une catégorie supplémentaire appelée "Excellence" pour l'attribution de cette fameuse Médaille d'Or. Chaque concurrent est, par ce bais, soumis à l'interprétation d'un morceau supplémentaire, non étudié, tiré au sort, lors du concours. Un nouveau pallier est franchi ; une maîtrise totale de l'instrument ainsi qu'une connaissance fouillée du répertoire traditionnel et du patrimoine musical confiés par nos aînés, sont ainsi indispensables pour conquérir la Médaille d'Or.

Au-delà de cette suprême récompense, en cinquante années, ce sont plusieurs générations de Cabrettaïres qui ont osé se mesurer, et défendre, au travers de cette confrontation amicale, chaque étape de l'apprentissage de cet attachant instrument. Cette année encore, le grand prix "Lucien Destannes" (hommage à l'un des plus illustres facteurs de Cabrette, originaire du Cantal, décédé le 5 août dernier) qui s'est tenu le samedi 19 mai 2013 au conservatoire municipal de Courbevoie, a ainsi tenu toutes ses promesses : Virtuosité, Rigueur, Diversité et Amitié étaient au rendez-vous !
Dès 12h, Victor Laroussinie, président de Cabrettes et Cabrettaïres, professeur de Cabrette lui-même, et gardant une oreille attentive à chacun, accueillait les premiers candidats venus se familiariser avec les lieux et répéter encore une dernière fois. D'ailleurs, concours oblige, le stress tient tous les candidats. Ils sont 3 en " Espoir ", 3 en " Confirmé " et 4 en " Excellence ". Venus de Paris, du Cantal et du Puy de Dôme, ils tiennent à faire de leur mieux et ont à cœur d'illustrer que la Cabrette est un instrument vivant !

A 14h30, une fois parents et amis arrivés, le coup d'envoi est donné sur cette scène magnifique de l'auditorium du conservatoire de Courbevoie.
Le moment est venu, pour chacun, de montrer son talent. Dans chaque catégorie, les candidats tirent au sort leur ordre de passage, puis chacun s'installe sur la chaise au centre de l'auditorium face au public et dos au jury.
Le jury est, en effet, dos aux candidats, afin que seule l'ouïe soit juge, à la fois du tempo des morceaux, de la technique du candidat, de sa dextérité, de la sonorité et de l'originalité de son jeu. Le spectacle est donc réservé au public.

Au feu vert de Victor, qui fait le lien entre le jury et le candidat, ce dernier peut commencer.
Certains candidats baissent la tête et ne lèvent pas une fois le regard vers le public, pourtant déjà acquis ; d'autres, au contraire, se tiennent bien droit, la tête haute, ne se laissent pourtant pas déconcentrer pour autant.
Chaque passage ôte un peu de tension dans la salle, jusqu'au tour des candidats de la catégorie "Excellence" tant attendue : vont-ils nous charmer ? Nous surprendre de virtuosité ? L'un deux va-t-il décrocher cette fameuse médaille d'or ?
D'ailleurs, on a pu remarquer, cette année, que les candidats n'ont pas eu peur d'exprimer leurs doutes face à la difficulté de l'exercice, lors du fameux tirage au sort de la bourrée… 17h30, l'heure du soulagement pour tous les candidats est arrivée. C'est maintenant au jury de délibérer.
A l'image des candidats, les membres du jury sont devenus, au fil du temps, de plus en plus exigeants. Ils évaluent les candidats sur la technique, le tempo, le rythme, la sonorité, les nuances mais aussi, bien entendu, sur le charme de l'exécution et tout ce qui artistiquement fait la qualité d'une interprétation.
C'est un exercice difficile car il faut faire abstraction de sa propre sensibilité et donc, ne pas juger mais plutôt évaluer le candidat en rapport au niveau d'exigence demandé dans chacune des catégories.
Cette année encore, le jury est composé de Cabrettaïres dont la notoriété n'est plus à démontrer et représente toutes les sensibilités de la Cabrette. Il est composé de huit membres :
Dominique Paris, président du jury, médaillé d'or en 1980;
Yvonne Franques, première femme Cabrettaïres reconnue ;
Jean-Claude Rocher, professeur dans le Cantal et en Lozère;
Jean-Claude Rieu, professeur dans le Puy de Dôme;
Michel Esbelin, médaillé d'or en 1983;
Michel Pomier, médaillé d'argent en 1976;
Pascal Pichonnier, médaillé d'or en 1992;
Xavier Hoiret, médaillé d'or en 1998. Un tel cru explique la renommée et la pérennité de ce concours de Paris. Pendant que le jury délibère, candidats, parents et amis se retrouvent à La Scène dans une ambiance conviviale, autour d'un verre bien mérité. De façon naturelle, chacun y va de son petit commentaire et les pronostics vont bon train !...
Heureusement, fin du suspense, l'heure des résultats arrive bientôt.
Avant que les convives s'installent à table, Victor Laroussinie et Dominique Paris prennent la parole et félicitent, en premier lieu, tous les candidats et les remercient de leur participation. Ils rappellent qu'il faut beaucoup de courage et de travail pour se présenter au concours... Ils relatent que le jury a trouvé le niveau général de l'ensemble des catégories très bon. Les résultats sont particulièrement serrés, expliquant d'ailleurs une délibération un peu longue ce jour.
Voici les résultats :
Catégorie " ESPOIR " :
1er Léa Bouyssou
;
2ème ex-æquo Cécile Noyer et Xavier Rousseau.

Catégorie " CONFIRME " :
1er Maxime Gastal
;
2ème Arnaud Rouvellat ;
3ème Denis Angle.


Catégorie " EXCELLENCE " :
1er et Médaille d'Or : Fabrice Lenorrmand

2ème Médaille d'Argent, Olivier Rouvellat;
3ème Médaille de Bronze, Cédric Bachelerie;
4ème Grand Prix Emmanuel Grégoire.
Cette année, donc, le jury a choisi de décerner une Médaille d'Or à Fabrice Lenormand. Sa connaissance du répertoire, sa parfaite maîtrise de l'instrument et la qualité de son interprétation lui permettent de rejoindre, ainsi, le cercle très fermé des " Médaillés d'Or de la Cabrette ". (au total 13 depuis 1967 ; la dernière remontant au concours 2004). Chacun leur tour, chaque candidat s'est vu remettre son diplôme tandis que les médailles seront remises, comme traditionnellement, lors du prochain banquet des Cabrettes.
Plus important peut-être que ces diplômes, chacun a pu s'entretenir avec les membres du jury et mieux comprendre sa prestation. Parce que c'est en analysant son travail que l'on progresse, chaque candidat est, ainsi, reparti avec de nouveaux détails à corriger et de nouveaux objectifs à atteindre. Une façon pour chacun de grandir avec son instrument, en alliant conseils, apprentissage, et personnalité. Bref, une façon d'écrire SON histoire à la Cabrette.
Pour terminer, réunis autour d'un excellent repas, les convives ont eu la joie d'écouter à nouveau les vainqueurs de chaque catégorie, suivis par quelques morceaux interprétés par les membres du jury eux-mêmes.
La salve d'applaudissement de la salle qui suivit ces interprétations enjouées traduisait une émotion palpable ressentie tout au long de cette journée : L'émotion d'assister à la mise à l'honneur d'un instrument régional, de ses interprètes passionnés à tous leurs niveaux d'apprentissage, ainsi que de leurs professeurs toujours bénévoles.
Ce samedi 19 mai 2013, le grand prix "Lucien Destannes", auréolé de sa médaille d'Or, fut une belle fête valorisant l'ensemble des personnes œuvrant à la transmission de la Cabrette de générations en générations.