Concert avec les petits Rouergats de paris...
Lacalm est la patrie du clairon Rolland, héros de la bataille de Sidi-Brahim en 1845, contre Abd-el-Kader. Guillaume ROLLAND (1821-1915), né et mort à Lacalm, sera le dernier survivant, le héros, le symbole, de la bataille du 23 au 25 septembre 1845.
Lors de cette bataille, il fit preuve d'héroïsme car, alors que l'ennemi qui l'avait capturé lui demandait de sonner la retraite pour affaiblir le moral des siens, il sonna la charge ! Pour son comportement exemplaire, il a été fait chevalier de la Légion d'Honneur en août 1846, puis, alors qu'il atteindra l'âge de 92 ans, sera élevé à la dignité d'officier de la Légion d'Honneur le 31 août 1913. Outre ses armes, conservées, dans l'église, une statue lui est érigée à la sortie du village, en face du cimetière, sur la route de Chaudes Aigues.
Ce buste est l'œuvre du sculpteur Eugène Arsal.
C'est dans le cadre du 100ème anniversaire de la promulgation au grade d'officier de la Légion d'Honneur du Clairon Guillaume Rolland, que l'Eglise Sainte Foy de Lacalm a connu, un soir du 12 août 2013, un moment de musique rare.
Il est 19h30, elle nous ouvre ses portes.
Le chœur est prêt à accueillir les chœurs des "Petits Rouergats de Paris" qui s'avancent solennellement dans l'allée centrale, des plus grands jusqu'aux touts petits.

Les musiciens également se préparent et peaufinent une dernière partition dans l'abside. Ils sont venus de tous les coins du département, mais aussi du Cantal, de la Lozère, du Puy de Dôme et bien entendu de Paris.
Mr Michel Rouquette, maire de Lacalm, prend la parole et remercie l'assemblée d'être venue aussi nombreuse pour assister à ce concert.

Il remercie également Mr Victor Laroussinie, président de Cabrettes et Cabrettaïres, d'avoir organisé cet évènement dans le cadre du centième anniversaire de l'élévation de Guillaume Rolland au grade d'officier de la Légion d'Honneur. Quatorze manifestations vont se succéder pendant l'été.
Les festivités ont commencé le 9 juin avec le survol et le passage de la Patrouille de France sur Lacalm et se terminera le 31 août avec la cérémonie officielle en présence des autorités politiques nationales et locales ainsi que deux détachements de la 27ème Bataillon de Chasseurs Alpins et du 16ème Bataillon de Chasseurs.
Le concert débute par le plus jeune des Cabrettaïres, 8 ans, suivi du plus ancien, 80 ans... Puis, tour à tour, se succèdent cabrettes et accordéons dans un joyeux mélange de musiques traditionnelles et savantes, de rythmes dansants ou mélancoliques ; le public est séduit par les différents paysages sonores présentés. La nostalgie et l'émotion, qu'ils suscitent, sont bien présentes... comme lorsque sont interprétés des regrets langoureux ou l'Aria de Bach. Malgré la solennité du lieu, le public, séduit, ne retient pas ses applaudissements.

La deuxième partie du concert est sublimée par la mélancolie des chants, a capella, des enfants de PASTRES et PASTRETOS, qui semblent ouvrir une lucarne sur la profondeur de l'âme.
L'auditoire, sous le charme, découvre 22 jeunes venus nous faire redécouvrir la beauté du répertoire folklorique chanté de notre pays. Ils sont âgés de 5 à 16 ans, et le bonheur de chanter illumine leurs regards.
Sous la baguette discrète de leur présidente, Isabelle Cazals, ils mettent leurs cœurs, et la sérénité d'un moment suspendu de vacances estivales, à entonner ces chants que nous reconnaissons.
Parfois accompagnés par une brillante soliste, parfois par une cabrette ou un accordéon, ils ressentent la solennité des lieux
et s'appliquent à l'interprétation.La ferveur, la spontanéité, et l'enthousiasme qui marquent, tour à tour, ces chants, dont ceux en Langue d'Oc, soulèvent une grande émotion auprès du public qui reprend en chœur ces refrains qui ont marqué une génération. Après plus d'une heure trente de concert, le morceau final a rassemblé tous les musiciens et choristes qui, jouant ensemble, ont, une nouvelle fois, montré que la musique est sans frontières, rassemble toutes les générations et unit les jeunes talents et la maestria des plus anciens.
Le concert terminé, tout le monde se retrouva pour une grande soirée "Aligot Dansant" où entre chaque plat les musiciens se remplaçaient pour maintenir cette ambiance musicale.
A la fin du repas, la salle à manger fit place à la piste de danse où les mordus de valses, de marches de bourrées… firent claquer la cadence...